Jean Racine

9 Sep 2016 | Publié par mus dans Histoire de la littérature française | Le XVI – XVII siècle

Biographie de Jean Racine:

Né le 22 décembre 1639 à La Ferté-Milon dans l’Aisne (région de Picardie), Jean Racine est un dramaturge et poète français. Issue d’une famille de notables, il est considéré comme l’un des meilleurs auteur de tragédies de l’époque classique. Il se retrouve orphelin dès l’âge de trois ans, après le décès de sa mère en 1641 puis son père en 1643. Ses grands-parents paternels, Jean Racine et Marie Desmoulins, le recueillent. Ils le font entrer aux petites écoles de Port-Royal, où reçoit une éducation littéraire et religieuse très consistante par les  » Solitaires « .

A la mort de son grand-père paternel (1649), il est envoyé faire ses humanités et sa rhétorique au collège de Beauvais. Mais il abandonne vite ces études de philosophies et retourne à Port-Royal (Paris) chez sa grand-mère paternelle. Il reçoit dès lors des leçons particulières des célèbres maîtres que sont Pierre Nicole, Claude Lancelot, Antoine Le Maistre et Jean Hamon. Il apprend avec eux même l’italien, l’espagnol et le grec ancien. Mais point de théâtre car pour les jansénistes il empoisonne les âmes.

Pour compléter sa formation, il est accueilli à l’âge de seize ans au collège d’Harcourt pour faire deux années de philosophie. Son oncle, intendant du duc de Luynes, lui offre une place avec lui et l’héberge même dans ses appartements de l’Hôtel de Luynes. Il y découvre pour la première fois la vie mondaine, mais aussi ses penchants pour la poésie. Il écrit ses premiers poèmes, plutôt galants, qui séduisent le salon de l’Hôtel. Il profite du mariage du roi Louis XIV en 1660, pour s’illustrer dans le domaine. Il écrit La Nymphe de la Seine, un poème dédié à la toute nouvelle reine Marie Thérèse d’Autriche. C’est à ce moment qu’il se lie avec La Fontaine, s’attirant ainsi les reproches de Port Royal.

Il est alors envoyé à Uzès (Gard) chez le chanoine Scouin (un de ses oncles), pour l’éloigner du monde des lettres et du théâtre. Au lieu de s’intéresser à la théologie, il choisit de se consacrer à la littérature et notamment au théâtre. Il profite alors de son séjour dans le Sud, qui va durer un an, pour écrire des poèmes et des tragédies. Il revient à Paris en 1663. Pour s’attirer les faveurs il s’oriente vers la poésie de cour, après avoir rejeté la morale trop austère à son goût de Port-Royal. Il profite de la maladie de Louis XIV pour publier Ode sur la convalescence du Roi, et encaisser une gratification de 600 livres. Il devient parmi les familiers de la cour, jusqu’à avoir un logis à Versailles, et des entrées dans le cercle privilégié que le roi réunit à Marly. Il le suit dans ses campagnes en tant qu’ historiographe du roi.

Racine mène une vie joyeuse et libre avec Boileau et La Fontaine, ses amis, ainsi que Chapelle et les courtisans Vivonne et Nantouillet. Ils fréquentent ensemble des cabarets comme  la Pomme du Pin, la Croix de Lorraine ou encore le Mouton blanc. Cette vie libertine l’éloigne de sa pureté janséniste. Il rencontre la comédienne la Duparc avec laquelle il vit une grande passion. A sa mort il s’attache à Champmeslé, une autre comédienne. Après sa réconciliation avec ses maîtres de Port-Royal, dont Arnaud, il abandonne le théâtre mais demeure historiographe du roi, qui l’avait nommé « gentilhomme ordinaire de la chambre du roi ». Il se marie en 1677 avec Catherine de Romanet. Il renoue alors avec sa foi, vit désormais en bon époux et bon chrétien tout en élevant dans la piété une famille de sept enfants dont deux fils. Quand il meurt d’un abcès au foie, le 21 avril 1699, le roi Louis XIV lui accorde la sépulture à Port-Royal.

A suivre…

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *