Evénements marquants du Moyen âge

20 Nov 2012 | Publié par mus dans Histoire de la littérature française | Le Moyen Âge
Charles Martel à la bataille de Poitiers
Charles Martel à la bataille de Poitiers

2- L’avénement des Carolingiens (751-987 ) 

La disparition de Clovis va plonger la Gaule dans trois siècles (dit des « rois fainéants ») de guerres territoriales et d’anarchie. Le pouvoir de la dynastie mérovingienne se désagrège, ce dont profitent  les maires du palais pépinides pour accroître leur pouvoir notamment après la mort du roi Dagobert 1er (602 à 5 – 638 ou 39) arrière petit-fils de Clovis. Les maires sont les plus hauts dignitaires après les rois. Attachés  au  roi ou à la reine, ils représentent  auprès d’eux les puissantes aristocraties régionales. Au sein du palais ils gèrent la fortune royale, dirigent les intendants chargés de l’exploitation du domaine royal. Le plus important d’entre-deux est Pépin de Landen,  maire du Palais des Pépinides (qui vient de Pépin) une puissante et riche dynastie d’Austrasie.

Avec l’affaiblissement du pouvoir royal, causé par  la fin des guerres de conquêtes et par conséquent des butins et tributs (source de revenues), l’épuisement des finances de la monarchie et les crises de successions qui reviennent parfois à des mineurs, il arrache de plus en plus de privilèges aux souverains mérovingiens. Ceux-ci assistent impuissants à la perte progressive de leur pouvoir, même celui de  nommer comtes, ducs et évêques. Les Pépinides, qui prennent le nom de Carolingiens, vont prendre l’ascendant par Pépin de Landen puis Anségisel, Pépin de Herstal, Charles Martel et enfin Pépin le Bref, tous tour à tour  maires du Palais d’Austrasie jusqu’à prendre le pouvoir totale.

Charles Martel est certainement le plus important de tous. Il réussit à réunifier le royaume en écrasant  les peuples de l’Est, mais sans chasser du trône Thierry IV (10 ans) le roi des Francs toujours de la dynastie mérovingienne. Son prestige s’accroit encore quand il court au secours d’Eudes, duc d’Aquitaine, menacé par les musulmans venus islamiser l’Europe. Il les défait lourdement à Poitiers, et met fin à l’expansion de l’Islam en Occident, une dizaine d’année après le franchissement du Détroit de Gibraltar. Cette victoire lui vaut le nom de « défenseur de la Foi et de la Chrétienneté ». Plus que ça,  il est le sauveur  et devient le maître incontesté du royaume franc. Il gouverne le royaume en lieu et place du jeune Thierry jusqu’à sa mort.

Charles  Martel laisse deux enfants, Carloman l’aîné et Pépin le Bref le plus entreprenant. Ce dernier fait tout pour se débarrasser de Childeric III,  le dernier roi mérovingien. Pour légitimer sa prise du trône, il demande officiellement  la bénédiction du pape Zacharie, ce qu’il obtient. Les derniers Mérovingiens sont chassés du trône. Le nouveau souverain est tenu par conséquent de rester fidèle à l’Eglise, et d’avoir l’oreille attentive à celui qui la dirige de Rome. Pépin le Bref devient le premier roi carolingien des Francs en 751, et s’engage avec succès dans la réunification du  royaume. C’est le début du règne des Carolingiens. A sa mort en 768, Charles l’un de ses deux fils s’impose et lui succède, pour devenir Charlemagne le fondateur de l’empire carolingien.

 

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *