Le roi Louis IX, ou la légende du Saint-Louis

25 Mar 2013 | Publié par mus dans Le Moyen Âge
Saint Louis offrant à manger aux pauvres
Saint Louis offrant à manger aux pauvres

Philippe II fait face aux Plantagenêts

La lutte de Philippe Auguste (Philippe II), 7eme roi direct de la dynastie capétienne , contre les puissants Plantagenêts permet aux Capétiens de consolider leur pouvoir. La bataille de Bouvines du 27 juillet 1214 qu’il remporte, le rend particulièrement célèbre. Elle avait opposé les forces royales soutenues par Frédéric II du Saint Empire romain germanique et des milices communales, à une force coalisée anglo-germano-flamande. Son fils Louis contribue de son côté, en remportant notamment la victoire de La Roche-aux-Moines contre Jean sans Terre le roi d’Angleterre. Pour sauver l’empire Plantagenêt du désastre causé par le règne de celui-ci (son fils), Aliénor d’Aquitaine fait marier sa petite- fille Blanche de Castille  au jeune Louis. Celui- ci succède à son père Philippe II mort en 1223 après un long règne, et devient Louis VIII.

Louis VIII, un règne trop court

Fort de l’expérience acquise près de son père, Louis VIII veut en finir avec la menace des Plantagenêts sur le règne des Capétiens. Il s’empare successivement du Poitou, de la Saintonge, de l’Angoumois, du Périgord et d’une partie de la Gascogne. Surnommé « Le Lion » pour sa détermination, sa fougue et ses victoires il s’attaque même aux Albigeois à la demande de l’Eglise catholique. Il s’agit de mettre fin au catharisme et au valdéisme, deux mouvements chrétiens qui s’étaient installés en Province et considérés comme hérétiques. Mais le roi tombe soudainement malade lors du siège d’Avignon. De retour à Paris après sa croisade, il meurt emporté par la dysenterie, causée semble t-il par la contamination des sources. Louis VIII qui n’aura régné que trois ans, confie dans son testament la charge du royaume à sa femme Blanche de Castille jusqu’à la majorité de leur fils Louis (12 ans). Celle-ci n’est autre que la fille Aliénor d’Angleterre, et donc petite-fille d’Aliénor d’Aquitaine et d’Henri II Plantagenêt (reine et roi d’Angleterre 1154-1189).

Blanche de Castille assume

Blanche de Castille est bien comme sa grand-mère, très cultivée et expérimentée elle possède toutes les qualités pour assumer une régence. Elle s’entoure de personnes fidèles ayant servi Philippe II et Louis VIII son défunt mari. La reine de France doit en effet faire face à de nombreux ennemis, qui veulent profiter de la situation. Mais c’est la méconnaître. Elle fait prévaloir son autorité à travers les territoires du royaume, et prend le dessus sur ses adversaires. Elle réussit à maintenir la paix civile en attendant que son fils grandisse, et pour lequel elle s’investit pleinement pour en faire un grand souverain et aussi un chevalier chrétien accompli. Celui-ci reçoit alors une éducation des plus strictes, et non moins pieuse. Pour mettre fin aux ambitions de puissants féodaux, elle le fait couronner en 1226 à l’âge de 15 ans. Il coiffe la couronne à sa majorité en avril 1234, et épouse vite Marguerite de Provence. En le liant à la fille de Raymond-Bérenger IV comte de Provence, Blanche de Castille espère ainsi annexer la Provence au domaine royal. Louis devient Louis IX, neuvième roi de la dynastie des Capétiens.

Louis IX ou le roi pieux et juste

Le règne de Louis IX nous est bien connu grâce au chroniqueur Joinville, confident et ami du roi. Légende ou réalité, le règne de celui qui deviendra Saint Louis, est celui qui va marquer l’époque médiévale. D’une grande piété, juste et bon il force le respect de tous, jusqu’à asseoir aisément son autorité que nul ne conteste. A l’écoute du peuple, s’il compatit pour ses malheurs et aux douleurs des plus démunis, il est par contre d’une redoutable sévérité quand il faut. Il fait construire l’hôpital des Quinze-Vingt, pour accueillir les aveugles et atténuer leurs souffrances. Avec lui la notion d’intérêt général prend le pas sur les excès de la féodalité. L’accord de paix qu’il signe avec Henri III (roi d’Angleterre), lui permet de mettre toute son énergie au service de son royaume et du peuple. Avec  sa mère qui s’occupe de la régence en son absence, ils font de la France le royaume le plus prospère et le plus puissant de la chrétienté.

La France prospère sous son règne

Les progrès de l’agriculture notamment permettent au peuple de manger à sa faim. Exagérément pieux jusqu’à être comparé à un moine, il achète la couronne d’épines que Jésus aurait porté lors de sa Passion pour 135 000 livres. Plus que cela, il fait construire la Sainte-Chapelle rien que pour l’abriter avec d’autres reliques qu’il a acquises comme la Sainte Toile, un morceau du linceul, les clous etc… En 1957 il fait bâtir la Sorbonne, qui va devenir un centre de rayonnement des arts et de la vie intellectuelle. Le français devient la seule langue, en plus du latin, qui est comprise un peu partout en Europe. Avec lui apparaît un autre pouvoir, puisqu’il  est à l’origine de la mise en place les bases du système parlementaire. Un grief tout de même, sa  trop grande piété le pousse à des actes cruels et méprisables. Il ordonne de brûler vifs les hérétiques, de percer au  fer rouge la langue des blasphémateurs…

Un roi qui défend la chrétienté

Louis IX c’est aussi un guerrier. En 1242 il s’en va en guerre contre des Seigneurs du Midi et de l’Ouest, qui se sont ligués contre lui soutenus par Henri III. Il triomphe, de quoi calmer les ardeurs des  autres seigneurs turbulents. Il n’hésite pas à partir en croisade quand la chrétienté est menacée. La première en 1248, qui est la septième croisade du genre, s’est non seulement soldée par un cuisant échec mais il est aussi fait prisonnier. Il est libéré contre le payement d’une rançon. Il se croise une seconde fois (8ème croisade) en 1270, seize ans après le retour de sa première. Elle lui est fatale puisqu’il meurt de dysenterie, épuisé par la chaleur et le manque d’eau tout près de Tunis. Il a droit à d’éclatantes obsèques à Paris, avant que sa dépouille n’aille rejoindre la basilique Saint Denis, où se trouvent également les restes des descendants d’Hugues Capet le fondateur de la dynastie capétienne.

Une trentaine d’années années plus tard, le petit-fils Philippe IV le Bel (1285-1314) arrive à obtenir du pape Boniface VIII un procès de canonisation pour son grand-père. Louis IX est canonisé post mortem le 11 août 1297 et devient Saint-Louis.

PS : De l’union de Louis IX avec Béatrice sont nés onze enfants (par ordre de naissance): Louis (mort en 1260), Philippe qui lui succède, Jean (mort en 1248), Jean-Tristan (comte de Nevers), Pierre (comte d’Alençon), Robert (comte de Clermont), Isabelle (mariée à Thibaut, roi de Navarre), Blanche (morte en 1243), Blanche (mariée à l’infant de Castille Ferdinand de La Corda), Marguerite (mariée à Jean Ier duc de Brabant), Agnès (mariée au duc de Bourgogne Robert II).

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *